PRESIDENTIELLES.NET presidentielles.net (pub)
Presibot A la une Riposts Revue de presse Annuaire Prsibourse Animatics Galette Newsletter
 puce Au revoir les enfants...
 puce Presidentielles. net ma vie, mon oeuvre...
 puce Revue de presse internationale : Soulagés !
 puce La présidentielle est morte, vive la politique !
 puce A qui la faute ?
 puce Et après le second tour ?
 puce Le 'mal français' dans la presse étrangère
 puce Tout est politique
 puce PRESIbot : bas les masques !
 puce PRESIbot : petit rappel de méthode
 puce Toutes
les unes


Le "mal français" dans la presse étrangère

par Xavier Molénat - publié le 22/04/02 - Réagir à cet article sur le forum

Les médias internationaux réagissent tous à la surprise du scrutin français. Tour d'horizon, plutôt sévère.

La présence du leader du Front National au second tour a été perçue comme un événement majeur dans le monde entier. CNN, la célèbre chaîne américaine d'information en continu a interrompu ses programmes de façon exceptionnelle pour annoncer la triste nouvelle. Les sites des journaux en font leurs unes. Les mots disent la stupeur des journalistes étrangers : "Cruelle victoire" pour Le Temps (Suisse), "crise de régime" pour la Libre Belgique, un "éclair qui frappe l'Europe" pour La Repubblica (Italie).

La faute à la gauche
Les éditorialistes tentent bien sûr les premières analyses. Pour la Tribune de Genève, les "signaux" étaient "nombreux" : "campagne médiocre de Lionel Jospin, louvoiement entre le centre et la gauche, division de la majorité plurielle, progression d’une extrême gauche dogmatique et aveugle, effets pervers d’une longue cohabitation". La Reppublica, elle, en veut surtout à "la gauche", qui "a trahi Jospin" : ses électeurs "restés à la mer ou à la montagne", les listes minoritaires "et en particulier les trois 'trotskystes'" qui ont "détourné plus de 10 % des voix", et enfin "l'extravagant Jean-Pierre Chevènement, trois fois ministre socialiste, qui s'est présenté comme un cavalier solitaire et obtenu un très mauvais résultat, 5 % qui auraient été précieux sinon vitaux pour Jospin".

Gueule de bois médiatique
Dans le concert des récriminations, la Libre Belgique est à peu près seule à oser une pique contre les "médias" : "Cette campagne l'a encore bien montré : certains médias français, lorsqu'ils n'ont pas participé de manière purement intéressée à la surenchère faite autour de l'insécurité, ont clairement abdiqué leur mission d'explication et de pédagogie. Ils se sont livrés à une opération de dénigrement systématique, visant soit l'enjeu électoral proprement dit (en présentant le scrutin comme couru d'avance), soit les candidats en lice (en raillant leur manque de nouveauté, d'audace, d'ambition, de crédibilité ou de charisme), soit les projets présentés." La correspondante du quotidien anglais The Guardian, elle, a interrogé quelques abstentionnistes pris de remords. Parmi eux, un barman parisien : "Je n'ai pas voté. J'avais prévu de le faire, mais j'avais trop bu la veille". Double gueule de bois ?

L'Europe coupable ?
Enthousiastes, les commentateurs étrangers ne le sont pas beaucoup plus concernant la suite des événements. Si tous prennent acte de l'assurance d'une victoire confortable pour Jacques Chirac, certains s'interrogent. "Quelle sorte de victoire est-ce quand la moitié de l'électorat qui se place à gauche se voit privée d'un candidat de son camp ? La présidence Chirac est déjà discrédité à cause des questions sur son intégrité et son absence de bilan. Le fait qu'il n'ait recueilli que 20 % des votes dimanches affaiblit encore plus son autorité", souligne la BBC. Et beaucoup s'accordent à dire que "les institutions de la Vème République ne sortiront pas indemnes de ce séisme" (Le Temps). Plus généralement, certains journaux relèvent que la poussée électorale de l'extrême droite française n'est pas un "phénomène isolé". Le Guardian dresse une liste des pays européens où la droite dure réalise des scores inquiétants ou, pire, participe à la gestion des affaires : Danemark, Portugal, Pays-Bas, Norvège, Italie, Belgique, Autriche... au-delà des particularités nationales, le Guardian et le Times, autre quotidien anglais, s'entendent pour définir un même terreau : "Un désenchantement quant aux 'performances' des partis de gauche, un malaise croissant à propos de l'immigration et le sentiment que la souveraineté nationale est érodée par une toujours plus prégnante Union Européenne".

"Le mal français" - La Tribune de Genève
http://www.tdg.ch/accueil/edito/index.php?Page_ID=5327&article_ID=6425
 
"Cruelle victoire" - Le Temps
http://www.letemps.ch/template/editoriaux.asp?page=1&contenuPage=&article=88297&quickbar=
 
"Une crise de régime" - La Libre Belgique
http://www.lalibre.be/article.phtml?id=11&subid=118&art_id=58908
 
"Excuse-les, Marianne, ils ne savaient pas !" - Le Soir
http://www.lesoir.com/articles/A_0263F3.asp
 

"L'offre n'épousait pas la demande" - Le Soir
http://www.lesoir.com/articles/A_0263E1.asp
 

"Analysis: Le Pen's final triumph" - BBC
http://news.bbc.co.uk/hi/english/
world/europe/newsid_1942000/1942910.stm

 
"If only I had bothered to vote" - The Guardian
http://www.guardian.co.uk/france/story/0,11882,688486,00.html
 
"Right on the rise across continent" - The Guardian
http://www.guardian.co.uk/france/story/0,11882,688465,00.html
 
"After 15 years, Le Pen threat becomes reality" - The Times
http://www.thetimes.co.uk/article/0,,3-275480,00.html
 
"Strident voice of saloon bar politics raised across Europe" - The Times
http://www.thetimes.co.uk/article/0,,3-275492,00.html
 
"French appeal to keep out Le Pen" - CNN
http://www.cnn.com/2002/WORLD/europe/
04/22/france.election/index.html

 
"Extreme Rightist Eclipses Socialist to Qualify for Runoff in France" - New York Times
http://www.nytimes.com/2002/04/22/
international/europe/22FRAN.html?tntemail1

 
"In Francia un fulmine che colpisce l'Europa" - La Repubblica
http://www.repubblica.it/online/mondo/presifranciadue/valli/valli.html
 
"Regicidio a sorpresa" - La Stampa
http://www.lastampa.it/redazione/editoriali/editoriale40.asp
 
"Disfatta: tutti gli errori della Gauche" - La Stampa
http://www.lastampa.it/redazione/Esteri/france1.asp
 

 


Socialisme chic

  Laurent Fabius est issu d'un milieu très aisé: descendant de diamantaires, fils d'un riche antiquaire. Enfant, il est élevé dans le XVI° arrondissement, dans un appartement de la villa Scheffer, une prestigieuse adresse. A l'ENA, il vint en cours en pantalon d'équitation et roulait en Aston Martin.


En 2007, l'élection présidentielle revient sur Presidentielles.net : http://www.presidentielles.net

  charte de déontologie - contact - credits - la presse en a parlé : France Info - Libration - Reuters - Yahoo - etc.