PRESIDENTIELLES.NET presidentielles.net (pub)
Presibot A la une Riposts Revue de presse Annuaire Prsibourse Animatics Galette Newsletter
 puce Au revoir les enfants...
 puce Presidentielles. net ma vie, mon oeuvre...
 puce Revue de presse internationale : Soulagés !
 puce La présidentielle est morte, vive la politique !
 puce A qui la faute ?
 puce Et après le second tour ?
 puce Le 'mal français' dans la presse étrangère
 puce Tout est politique
 puce PRESIbot : bas les masques !
 puce PRESIbot : petit rappel de méthode
 puce Toutes
les unes


PRESIbot : petit rappel de méthode

par Xavier Molenat - publié le 18/04/02 - Réagir à cet article sur le forum

Explication de la méthodologie du compagnon de vote interactif. Pour y voir clair dans le blind test.

Les statistiques que nous avons obtenues à travers la fréquentation du PRESIbot n'ont aucune valeur représentative en soi. Non seulement de la population française (tout le monde, loin s'en faut, n'est pas connecté à Internet) mais même des internautes. Il ne représente que l'opinion des internautes qui avaient décidé de se tester sur notre site, les "présinautes", dont le profil est malheureusement impossible à identifier. D'autant que chaque individu avait la possibilité de se tester autant de fois qu'il le voulait, ce qui biaise potentiellement les résultats. Si l'on avait voulu faire une enquête représentative tel celles effectuées par les instituts, il aurait fallu multiplier les précautions. Et tout d'abord constituer un échantillon représentatif de la population choisie, c'est-à-dire que l'on retrouve dans les mêmes proportions cinq critères : sexe, âge, profession, répartition géographique et taille de l'agglomération. Il aurait en plus fallu éliminer les moins de 18 ans (qui ne peuvent pas voter), et vérifier que les personnes interrogées soient inscrites sur les liste électorales. Ouf ! Bien évidemment, rien de tout cela n'avait été mis en place. PRESIbot n'est pas un sondage.

Objectif objectivité
De plus, cette opinion n'est qu'imparfaitement refletée. En effet, les cobayes avaient le choix entre des propositions issues de seulement 7 programmes sur les 16 proposés au premier tour. Plusieurs raisons à cela : tout d'abord, les candidats des extrêmes (Laguiller, Besancenot, Glückstein, le Pen et Mégret) avaient été retirés parce que l'on ne trouvait pas toujours des propositions sur tous les thèmes demandés. D'autre part, les candidats qui pesaient le moins (Taubira, Lepage, Boutin, Saint Josse) ont été également retirés, pour des raisons "techniques" cette fois-ci. Il est en effet difficile de faire choisir entre trop de propositions pour chaque thème, même si c'est bien ce qu'il faudra faire dimanche... Enfin, les propositions n'ont pas été extraites telles quelles des programmes des candidats, mais paraphrasées par notre équipe, qui, si elle se veut objective, reste humaine. Et pour chaque candidat on a retenu une ou plusieurs propositions importantes par thème, en en laissant parfois de côté. Il n'en reste pas moins que notre "échantillon" a dès le début révélé quelques tendances fortes qui ne doivent sans doute rien au hasard, puisqu'elles n'ont que très peu évolué entre le 2 000ème et le 22 000 ème test rempli. A méditer..

 


    PRESIbot : bas les masques !

    PRESIbot : le compagnon de vote interactif

    PRESIbot : le blind test

 


"La putain de la république"

  "Parlons français puisque M. Juppé nous a donné l'exemple il y a quelques semaines: il est clair aujourd'hui qu'il y aura une moitié des électeurs de Jean-Pierre Chevènement qui sera politiquement cocue au soir du premier tour" a ironisé Philippe Séguin le 19 février sur France Info. "Aujourd'hui il n'y a pas de problème parce que chaque moitié pense que ça sera à l'autre que cela arrivera."


En 2007, l'élection présidentielle revient sur Presidentielles.net : http://www.presidentielles.net

  charte de déontologie - contact - credits - la presse en a parlé : France Info - Libration - Reuters - Yahoo - etc.