PRESIDENTIELLES.NET presidentielles.net (pub)
Presibot A la une Riposts Revue de presse Annuaire Prsibourse Animatics Galette Newsletter
 puce10 mai
 puce7 mai
 puce6 mai
 puce3 mai
 puce2 mai
 puce30 avril
 puce29 avril
 puce26 avril
 puce25 avril
 puce24 avril
 puceToutes les revues de presse


Revue de presse du mardi lundi 06 mai 2002

par Caroline Cordier - publié le 06/05/02

Voici la revue de presse du lundi 06 mai 2002.

L'EVENEMENT

L'UNANIMITE D'AVANT-GUERRE
Le résultat du 5 mai est unanimement salué par la classe politique. De droite à gauche, tous se sont félicités du choix massif des Français pour Jacques Chirac. Si Jean-Marie Le Pen n'a que très peu progressé en nombre de voix depuis le 21 avril, Claude Allègre, ancien ministre socialiste, remarque avec justesse : "Tout le monde est content parce que Jacques Chirac fait 82 %. Mais Jean-Marie Le Pen continue à avoir 5 millions d'électeurs et ça, c'est préoccupant pour un pays comme la France." La fille du leader du FN, Marine Le Pen, répète à l'envi : "Près d'un Français sur cinq a voté pour Jean-Marie Le Pen, qui est aujourd'hui à la tête du premier mouvement de France." On ne pourrait plus désormais considérer ces 18 % d'électeurs comme de simples protestataires... Le Pen, atteint tout de même par un résultat qu'il espérait meilleur, reporte la revanche frontiste aux 9 et 16 juin, date des législatives. Et les partis traditionnels se lancent aujourd'hui dans cette nouvelle bataille électorale. Le scrutin passé, le sursaut démocratique accompli, les camps se recomposent et mobilisent les troupes pour la guerre des circonscriptions. "Gauche unie" contre "Union pour la majorité présidentielle", les blocs politiques ont-ils déjà oublié qu'ils devront composer avec un "tiers" ? De leur attitude sur le terrain, de leur capacité à ne pas transiger avec l'extrême-droite, des désistements "républicains" pour faire barrage, dépendra la santé de la vie politique. La présence d'un groupe FN à l'Assemblée nationale entacherait considérablement cette victoire républicaine du 5 mai.

"Second tour, l'immense victoire de Jacques Chirac"
http://presidentielles.figaro.net/derniers/20020506.FIG0626.html

"Le républicain Chirac est plébiscité"
http://jdj.leparisien.com/jdj/Mon/FAIT/3044314.htm

"Chirac, le plébiscite républicain"
http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/020506-000002063PRES.html

"La déclaration de Jacques Chirac"
http://www.liberation.fr/presidentielle/actu/20020505actug.php

"La soirée du vainqueur"
http://jdj.leparisien.com/jdj/Mon/FAIT/3044217.htm

"Chirac triomphe mais le plus dur reste à faire"
http://presidentielles.figaro.net/candidats/20020505.FIG0589.html

"Le Pen accuse le coup"
http://jdj.leparisien.com/jdj/Mon/FAIT/3044271.htm

"Le Pen mise quand même sur les législatives"
http://presidentielles.figaro.net/candidats/20020505.FIG0590.html

"Le Pen se projette dans la bataille"
http://elections.lemonde.fr/presidentielle/actu/
aujourdhui/0,,911398,00.html

"Le Pen renvoyé à ses frontières"
http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/020506-000009073PRES.html

"Tous saluent le sursaut républicain"
http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/020506-000016078PRES.html

"Après les congratulations, droite et gauche reprennent leurs marques"
http://elections.lemonde.fr/presidentielle/actu/
aujourdhui/0,,911407,00.html

PLUS D'INFOS

NOUVELLE TÊTE
"Jean-Pierre Raffarin, notable de province et joker de Chirac"
Le Monde fait un portrait du nouveau premier ministre, Jean-Pierre Raffarin. Âgé de 53 ans, un "profil de Lino Ventura sur une silhouette de notable, épaules tombantes et nez cassé", sénateur de la Vienne, président de la région Poitou-Charentes, il est, pour les Français, un quasi-inconnu. En 1995, il est nommé ministre des PME par Alain Juppé et réussit, en deux ans "à se forger discrètement une image d'homme proche des réalités quotidiennes qui lui évite de sombrer dans les déboires du gouvernement Juppé". Il défend alors "les boulangers, s'en prend à la grande distribution, et délocalise périodiquement son ministère en province". Il a de "bons retours de ses prestations par les préfets et les chefs d'entreprise. A partir de son maître mot, la "proximité", il ébauche une méthode, la "nouvelle gouvernance", où doivent primer le dialogue et la recherche du consensus". Depuis 1999, il a testé des expressions, les "raffarinades", qui seront reprises par Jacques Chirac : la "France d'en bas" ou la "République des proximités".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3224--259279-,00.html

FOULES NOCTURNES
"Houle de bonheur place de la République"
"La gauche à la Bastille"
Deux rassemblements, hier soir, ont suivi l'annonce des résultats de l'élection présidentielle. L'un, place de la République, fêtait la victoire de Jacques Chirac. 10 000 personnes étaient venues écouter et applaudir le discours du Président, monté sur le podium en compagnie de son épouse. Place de la Bastille étaient rassemblées 6 000 personnes pour célébrer la défaite de Le Pen, et préparer un "troisième tour social".
http://jdj.leparisien.com/jdj/Mon/FAIT/3044380.htm
http://jdj.leparisien.com/jdj/Mon/FAIT/3044466.htm

LE MIRACULE
"Chronique d'une résurrection"
"Jacques Chirac, l'homme qui revient de loin"

Libération se penche sur "l'incroyable capacité à rebondir" de Jacques Chirac, "donné fini il y a un an" et revient sur la carrière de celui qui, comme en 1995, vient encore de "réussir l'impossible". Le Figaro dresse un long portrait du Président réélu, qui n'avait jamais osé rêver d'entrer dans l'Histoire. La journaliste Anne Fulda s'interroge : "Est-il de droite ? Est-il de gauche ? Probablement ni l'un ni l'autre. Gaulliste ? Pas plus, probablement, que Mitterrand n'était socialiste. Elle note aussi que, "pour gagner face à Jean-Marie Le Pen, son ennemi juré, il a utilisé des mots qu'il n'avait jamais employés. 'C'est le combat de toute ma vie. C'est un combat moral.' Il a adopté un ton qu'il n'avait jamais employé non plus. Comme si, cette fois, il se battait vraiment pour une cause à laquelle il croit. Comme si, cette fois, il était vraiment en accord avec lui-même." Avant de conclure : "Au fond, cette dernière épreuve permettra peut-être enfin à Jacques Chirac, dont François Mitterrand disait qu'il manquait 'd'unité intérieure', de trouver le ciment de sa personnalité."
http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/020506-000004066PRES.html
http://presidentielles.figaro.net/derniers/20020506.FIG0616.html

CRISE DES INSTITUTIONS ?
"Refonder la République"
Le Monde a consacré un dossier au débat sur l'évolution des institutions de la Ve République car depuis le 21 avril, certains réclament un changement de régime, incarné par une VIème République, qui redonnerait vigueur et crédit aux institutions. Autour de trois axes, "Institutions contestées", "Etat aux pouvoirs érodés", "Lien politique affaibli", s'articulent des articles de fond sur cette question institutionnelle. A lire notamment, "Décentraliser encore" de Jean-Louis Andréani, qui estime que "le tabou de la République une et indivisible est en train de disparaître", et "La fin de la monarchie républicaine" d'Eric Dupin, qui montre comment la cohabitation a affaibli la présidence et pourquoi, à l'opposé de l'esprit gaullien de 1958, c'est aujourd'hui l'exercice du pouvoir personnel qui est contesté. La fin prochaine d'une exception française ?
http://www.lemonde.fr/info/sequence/0,5987,3390---,00.html

Ils ont dit

MANIACO-DEPRESSIF
"Ce contexte de campagne de deuxième tour absolument hystérique a fait que tout à coup Jean-Marie Le Pen est devenu un monstre, une espèce d'hybride entre Frankenstein et Adolf Hitler. Malgré cela on passe de 4,8 millions à 6 millions de voix. Je rends hommage au courage des Français qui ont résisté à ce matraquage." a déclaré Bruno Gollnisch, Front National.

L'ABSTINENTE
Arlette Laguiller, Lutte ouvrière : "Les dirigeants de gauche se sont prostitués pour rien. Ils ont agité l'épouvantail Le Pen en sachant pertinemment qu'il n'avait aucune chance. Le Pen aurait été facilement battu avec les seules voix de la droite."

RECONNAISSANT
"Je voudrais dire ce soir combien nous remercions tous ces électeurs qui se sont portés sur Jacques Chirac pour défendre leur conception de la République, les idées de la République qui vont au-delà du clivage traditionnel gauche droite. Et je veux ce soir dire très simplement et très sincèrement à ceux qui ne partagent pas toutes nos idées politiques que nous les remercions de leur vote républicain (...) un choix noble et utile" a déclaré Nicolas Sarkozy, RPR. Il a ajouté : "Je voudrais dire d'abord ma joie devant ce vote républicain massif en faveur de Jacques Chirac qui défendait les valeurs de la République, ce qui doit ne nous conduire à aucun triomphalisme. Le choc du 21 avril n'est pas effacé."

KHMER AMER
"Dans un système totalitaire de lavage de cerveaux, on a eu l'impression depuis deux semaines d'être dans un camp de rééducation digne de Pol Pot." a dénoncé Carl Lang, triste sbire de Jean-Marie Le Pen.

IZNOGOUD
"Il faut sortir de l'impasse protestataire. Ce score démontre les limites de la stratégie lepéniste du tout ou rien, seul contre tous. Je suis prêt à assurer l'après-Le Pen pour organiser l'avenir et le renouveau de la droite nationale et républicaine" a déclaré Bruno Mégret, président du MNR.

BLEU, BLANC, ROSE
"La France a retrouvé ses couleurs et le monde a retrouvé la France. La gauche a fait son devoir et même davantage. Malgré l'immense déception de ne pas avoir pu porter leur candidat au second tour, et malgré les réserves qu'ils portent sur le président élu, les socialistes ne se sont pas trompés de combat. En votant pour Jacques Chirac, ils ont voulu préserver l'essentiel" a déclaré François Hollande, secrétaire du Parti socialiste.

EN BREF

CHIFFRES DU 5 MAI
Selon les derniers résultats du ministère de l'Intérieur, Jacques Chirac a recueilli 82,05 % des suffrages, Jean-Marie Le Pen 17,95 %, tandis que l'abstention s'élève à 19,25 % du corps électoral. Pour connaître les résultats complets, département par département :
http://presidentielles2002.event.wanadoo.fr/popup.html

DEPART DE MATIGNON
Lionel Jospin a donné sa démission à Jacques Chirac ce matin, sans faire de déclaration à la presse. Dimanche, il a suivi la soirée électorale de son domicile privé, rue du Regard dans le VIème arrondissement de Paris, domicile qu'il a réintégré dès la fin de la semaine dernière. Il a, hier, voté par procuration, sa mandataire étant Josette Brunet, l'épouse du maire de Cintegabelle (Haute-Garonne).


FA(u)X-FUYANT

  "Il l'a télégraphiée au peuple comme sous l'Ancien Régime on faisait porter les plis. François Mitterrand, qui s'y connaissait, aurait qualifié Lionel Jospin de petit télégraphiste" a commenté Marie-José Roig au sujet de la candidature du premier ministre envoyée par fax.


En 2007, l'élection présidentielle revient sur Presidentielles.net : http://www.presidentielles.net

  charte de déontologie - contact - credits - la presse en a parlé : France Info - Libration - Reuters - Yahoo - etc.