PRESIDENTIELLES.NET presidentielles.net (pub)
Presibot A la une Riposts Revue de presse Annuaire Prsibourse Animatics Galette Newsletter
 puce Au revoir les enfants...
 puce Presidentielles. net ma vie, mon oeuvre...
 puce Revue de presse internationale : Soulagés !
 puce La présidentielle est morte, vive la politique !
 puce A qui la faute ?
 puce Et après le second tour ?
 puce Le 'mal français' dans la presse étrangère
 puce Tout est politique
 puce PRESIbot : bas les masques !
 puce PRESIbot : petit rappel de méthode
 puce Toutes
les unes


JEAN PIERRE CHEVENEMENT

par Xavier Molenat - publié le 12/02/02 - imprimer cet article

Sur un nuage ! Depuis son accident anesthésique fin 1998, le "miraculé républicain" semble flotter au-dessus de notre bas-monde, et se prend pour le messie venu porter la bonne parole nationaliste aux pauvres brebis égarées que nous sommes. Les sondages généreux qui le placent en position de troisième homme potentiel l'ont rendu léger..léger...!

Pourtant, notre Jean-Pierre est, politiquement, un drôle d'oiseau. De gauche ou de droite ? quand on lui pose la question, il répond en citant Nietzsche : "Jienseits des Guten und des Bösen", par-delà le bien et le mal...
C'est un fait : Chevènement aime bien jouer au plus malin. Enarque (promotion 1964), il est idéalement placé pour publier "l'Enarchie", violent pamphlet anti-élite républicaine. Il n'hésite d'ailleurs pas à le signer sous le pseudonyme de Jacques Mandrin, du nom d'un "bandit du peuple" du 18e siècle...un vrai petit sauvageon en puissance, en quelque sorte.

Idéologiquement, le personnage est, au moins à ses débuts, une sorte de mixte improbable entre une forme de néo-marxisme et la pensée nationaliste. Partisan de la Guerre d'Algérie à laquelle il participe activement, il fonde en 1966 le Centre d'Etudes et de Recherches Socialistes (CERES), qui cherche une "troisième voie entre la social-démocratie et le communisme". Il ne fait pas confiance aux bourgeois, mais est un ferme partisan de l'ordre républicain, comme son passsage au ministère de l'intérieur l'a si bien montré. Ca mixe fort chez le Che.

Et s'il se complait aujourd'hui dans la posture de l'homme libre, hors des partis, il a quand même été partie prenante de belles manoeuvres politicardes : avec le Ceres, il noyaute la SFIO de Mollet, joue la carte Mitterrand au congrès d'Epinay en 1971. Le programme commun PS-PC de 1974 et le slogan "changer la vie", c'est lui. Eh oui ! Idem en 1981, ce sont des choses qu'on oublie vite.

Tout cela valait bien quelques maroquins, au cours desquels il mettra en oeuvre sa conception colbertiste-nationaliste-républicaine de la France. Industrie, éducation, défense : c'est l'Etat qui mène la danse. Ah, mais ! Coup d'éclat en 1991, quand il démissionne de son poste de ministre de la Défense en pleine Guerre du Golfe. Officiellement par refus de l'alignement français sur les Etats-Unis ; officieusement, il a pas mal d'amis parmi les dirigeants irakiens, cette riante démocratie... Re-démission en 2000, suite au processus de Matignon sur la Corse, ce qui lui permet de cultiver son côté "homme solitaire bravant la tempête".

Depuis, Chevènement croit en son étoile, et creuse le sillon nationaliste. Quant au néo-marxisme... il se fait discret ces temps-ci. Avantage : le "Che" séduit effectivement "par-delà le bien et le mal" : royalistes, gaullistes, souverainistes, ex-communistes, voilà une candidature populaire ! On retrouve même, dans ses soutiens déclarés l'ex-candidat de la droite réac', Pierre Poujade, ce que le récipiendaire interprète comme un "signe des astres"... JP aurait-il pété un cable ?

Un type qui plane à 2000 et qui veut se taper deux tours (de présidentielles) au nom d'une idéologie surannée...par les temps qui courent, faut vraiment se méfier.

Mais qui est-il donc ?

- Député du Territoire de Belfort (2e circonscription) depuis 1973
- Ministre d'Etat, ministre de la recherche et de la technologie Du 22/05/1981 au 29/06/1982
- Ministre d'Etat, ministre de la recherche et de l'industrie Du 29/06/1982 au 22/03/1983
- Ministre de l'éducation nationale Du 19/07/1984 au 19/03/1986
- Ministre de la défense Du 13/05/1988 au 29/01/1991
- Ministre de l'intérieur Du 04/06/1997 au 29/08/2000
- Maire de Belfort de 1983 à 1997 et depuis mars 2001
- Membre du Conseil Régional de Franche-Comté entre 1986 et 1988

Les autres bios


- François Bayrou
-
Alain Madelin
- Jacques Chirac
- Lionel Jospin
- Robert Hue
- Arlette Laguiller
- Jean Marie Le Pen
- Jean Pierre Chevènement
- Noêl Mamere



Je me voyait déjà ...

  "Si la situation se présentait, quelle que soit l'orientation du candidat élu, je prends le challenge" a lancé Christian Blanc, ancien Président d'Air France et de la RATP, en pensant à Matignon, lors d'une conférence de presse à Strasbourg mi-février. Qui en veut ?


En 2007, l'élection présidentielle revient sur Presidentielles.net : http://www.presidentielles.net

  charte de déontologie - contact - credits - la presse en a parlé : France Info - Libration - Reuters - Yahoo - etc.