PRESIDENTIELLES.NET presidentielles.net (pub)
Presibot A la une Riposts Revue de presse Annuaire Prsibourse Animatics Galette Newsletter
 puce Au revoir les enfants...
 puce Presidentielles. net ma vie, mon oeuvre...
 puce Revue de presse internationale : Soulagés !
 puce La présidentielle est morte, vive la politique !
 puce A qui la faute ?
 puce Et après le second tour ?
 puce Le 'mal français' dans la presse étrangère
 puce Tout est politique
 puce PRESIbot : bas les masques !
 puce PRESIbot : petit rappel de méthode
 puce Toutes
les unes


JEAN MARIE LE PEN

par Xavier Molenat - publié le 12/02/02 - imprimer cet article

La "bête immonde qui monte" a la gueule de bois. Jean-Marie Le Pen le nauséabond a vu l'oeuvre de sa vie s'exploser en plein vol, au moment de la tentative de "pu-putsch " du "félon" Mégret. Adieu, beau Front National à 15 %, adieu les invitations complaisantes sur les plateaux télés... Le Pen a perdu de sa superbe, mais les sondages montrent que la bête peut encore mordre.

C'est qu'on ne lache pas une vie politique comme ça, et ça fait un bout de temps que Le Pen nous enquiquine. Son premier mandat date d'il y a quarante-cinq ans (il fut à l'époque le plus jeune député de l'Assemblée Nationale) ! Le Pen a connu la quatrième République, fou non ?! Et depuis le début, Le Jean-Marie traîne dans les eaux boueuses de l'extrême-droite : campagne législative sous le patronage de Pierre Poujade, Secrétaire Général du comité Tixier-Vignancour en 1965, lors de la candidature présidentielle de ce dernier... vraiment un type sympa, on vous dit. Et humaniste avec ça : para volontaire pendant la guerre d'Indochine (1954), puis à nouveau en Algérie quelques années plus tard, où plusieurs personnes témoignent avoir été torturé par lui, Le Pen a déjà du mal avec ce qui est physiquement différent.

Faut dire que les combattants, l'armée, c'est son fond de commerce : Secrétaire du Front National des Combattants en 1957, Il fonde en 1963 une maison d'édition de disques qui édite un fonds particulièrement développé en chants militaires, du IIIe Reich notamment... mais attention : par pur intérêt historique, naturellement.

Ce n'est qu'en 1972 qu'il crée Le Front National, sur les bases du groupuscule fascisant Ordre Nouveau. A partir de là, l'anticommunisme est peu à peu supplanté idéologiquement par les variations xénophobes et le thème de l'immigration. Le Pen blondit et se met en scène : le fils du peuple contre les appareils, le parti aux mains propres contre la "bande des quatre" (RPR, UDF, PS, PC),... Il cultive également ses contacts avec plusieurs parti de nazillons à travers l'Europe. De ridicule (0,74 % pour Jean-Marie aux présidentielles de 1974), les scores du FN deviennent franchement inquiétant, jusqu'à culminer aux alentours de 15 % aux présidentielles de 1995. Poussé par le vent du succès, Le Pen s'est permis de franchir les limites de l'abject par de nombreuses petites phrases savamment distillées : "Durafour crématoire", "les chambres à gaz sont un point de détail de l'Histoire",...

Mais on l'a vu, le racisme et l'antisémitisme ne sont pas chez Le Pen que des provocations, ce sont des convictions. Qu'il compte bien nous resservir en 2002 : son programme fourmille toujours des mêmes fantasmes et idées moisies : mise en oeuvre de la préférence nationale, retour sur le droit à l'avortement et salaire parental, tolérance zéro... un monde de bonheur. Petit espoir cette fois-ci : le blondinet risque de devoir partager ses voix avec son ami de quinze ans Bruno Mégret, c'est toujours ça de pris.
Deux candidatures au lieu d'une : ces (ex-)frontistes sont de vrais démocrates.

Les autres bios

- député de Paris en 1956, de 1958 à 1962 et de mars 1986 à juin 1988.
- Conseiller municipal du 20ème arrondissement de Paris de mars 1983 à mars 1989
- Député européen de 1984 à 2000.
- Conseiller Régional d'Ile-de-France en mars 1992 et Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d'Azur de 1992 à 2000


Les autres bios


- François Bayrou
- Alain Madelin
- Jacques Chirac
- Lionel Jospin
- Robert Hue
- Arlette Laguiller
- Jean Marie Le Pen
- Jean Pierre Chevènement
- Noêl Mamere



Socialisme chic

  Laurent Fabius est issu d'un milieu très aisé: descendant de diamantaires, fils d'un riche antiquaire. Enfant, il est élevé dans le XVI° arrondissement, dans un appartement de la villa Scheffer, une prestigieuse adresse. A l'ENA, il vint en cours en pantalon d'équitation et roulait en Aston Martin.


En 2007, l'élection présidentielle revient sur Presidentielles.net : http://www.presidentielles.net

  charte de déontologie - contact - credits - la presse en a parlé : France Info - Libration - Reuters - Yahoo - etc.