PRESIDENTIELLES.NET presidentielles.net (pub)
Presibot A la une Riposts Revue de presse Annuaire Prsibourse Animatics Galette Newsletter
 puce Au revoir les enfants...
 puce Presidentielles. net ma vie, mon oeuvre...
 puce Revue de presse internationale : Soulagés !
 puce La présidentielle est morte, vive la politique !
 puce A qui la faute ?
 puce Et après le second tour ?
 puce Le 'mal français' dans la presse étrangère
 puce Tout est politique
 puce PRESIbot : bas les masques !
 puce PRESIbot : petit rappel de méthode
 puce Toutes
les unes


Recherche net-campagne à la française...

par Xavier Molenat - publié le 12/04/02 - Réagir à cet article sur le forum

Internet change-t-il quelque chose à la présidentielle ? Avec les pionniers américains et britanniques, les participants du 3ème Forum de la démocratie électronique ont tenté de tirer les leçons de l'expérience en cours....

"La net-campagne transforme-t-elle la donne ?" C'est une des questions que se sont posées les participants du 3ème Forum international de la démocratie électronique, réunis à Issy-les-Moulineaux aujourd'hui et hier (Lire "Cliquez, faites cliquer !"). Animé par François Freby, fondateur de l'Observatoire de la net-campagne, la table ronde réunissait des intervenants de poids pour qui s'intéresse au sujet : Kate Mac Carthy, responsable de la e-campagne du parti travailliste anglais de Tony Blair et, surtout, Ben Green, ancien directeur des opérations Internet du vice-président Al Gore, candidat malheureux à la présidence des Etats-Unis en 2000. Pour la France, c'était le politologue Thierry Vedel qui était censé dresser un premier bilan de ce qu'on appelle la net-campagne "à la française".

French amateurs
Malheureusement, le spécialiste de la France n'avait pas grand-chose à offrir, sinon des généralités sur Internet dans la campagne présidentielle. Il est vrai que le Réseau est difficile à appréhender scientifiquement, par manque de ressources et d'informations objectives sur le nombre de sites existants, leur fréquentation, le comportement des internautes... Dès lors, évoquant le contenu disponible en ligne, Thierry Vedel a simplement noté que "l'offre concernant la campagne est sur-abondante. Tous les candidats ont un site, même si certains sont très élaborés et certains basiques." Le politologue remarquait aussi que ces sites s'étaient orientés "vers une tentative d'implication des militants, aux dépens des programmes", d'où sans doute une "sous-utilisation des fonctionnalités" du Web. pour Thierry Vedel, ce phénomène est lié au caractère "encore très amateur des campagnes en France, contrairement à la professionnalisation massive que l'on peut voir aux USA, par exemple."

JH, Internaute, Ext-Dr
Si les acteurs du Web politique sont encore amateurs, les internautes français sont-ils plus mûrs ? Thierry Vedel dressait un portrait-type du citoyen-internaute gaulois : "Il est a priori plus intéressé que la moyenne par la politique, plus proche des extrêmes, et plutôt de droite." Il douchait également les rêves d'un peuple cyber-citoyen quêtant avidement l'information politique sur le Web : sur une population d'internautes en âge de voter estimée entre "8 et 12 millions de personnes, soit entre 20 et 30 % de l'électorat inscrit, seuls quelques milliers suivent très régulièrement quelques sites politiques. Entre 30 et 50 000 suivent régulièrement quelques sites, et entre 300 et 400 000 consultent occasionnellement au moins un site". A cela, une raison toute simple : "Pour chercher l'information sur le Web, il faut du temps et des compétences cognitives", ressources inégalement distribuées dans la population. Enfin, Internet subirait lui aussi les lois du "pouvoir médiatique" : "La campagne reste conditionnée par les médias traditionnels. Ce sont eux qui attirent vers les sites." Comme dans la "vrai vie", en somme.

Conversion en ligne
Bref, l'écart par rapport aux campagnes anglo-saxonnes reste important. C'est ce que montraient les interventions du démocrate Ben Green et de la travailliste Kate Mac Carthy. Pour ces spécialistes, un site Internet de campagne est loin d'être un simple outil de communication. Ce sont même des machines à tout faire : on y recrute des militants, on y lève des fonds, on répond à l'adversaire en temps réel, on organise des journées thématiques... Les deux intervenants soulignaient l'importance stratégique de l'e-mail et du "conversion factor" : sur chaque page de leurs sites, ils incitent le lecteur-militant potentiel à donner son e-mail, afin de constituer une véritable "communauté". Cette communauté est ensuite divisé en "target groups" (groupes cibles), qui reçoivent des messages spécifiques selon leurs intérêts : environnement, retraites, emploi... Pour ce faire, les Machiavel en ligne utilisent des technologies spécifiques, qui indiquent par exemple si les gens ont ouvert leur courrier, s'ils ont cliqué sur les liens qu'il contenait, etc. Bref, ça "profile" sec.

Satanés e-bushmen !

Il semble que l'on puisse mobiliser via le Réseau : d'après Ben Green, c'est grâce au mail que l'équipe de Georges Bush a pu envoyer un grand nombre de militants en Floride, dans les comtés où se déroulaient les fameux recomptages des voix, afin d'entraver la procédure. Le site d'Al Gore, lui, n'avait pas été maintenu au-delà du jour de l'élection, ce que Ben Green considère a posteriori comme une "énorme erreur". Cela entretient au moins la fiction que le Net a fait basculer la présidentielle ricaine...

Voteswap
Autres spécificités anglo-saxonnes : l'utilisation courante des SMS et des "messageries instantanées" pour communiquer avec les militants. Kate Mac Carthy était très fière d'annoncer que, grâce à une action de ce type, elle a obtenu des articles de couverture dans 6 journaux : "Il fallait montrer que le parti travailliste est un parti moderne". Dans la même veine, les sites d'ailleurs des espaces de rencontres "on-line" pour les militants. Avant la table ronde, François Freby rappelait l'existence, aux USA, de sites "d'échanges de votes", ou "voteswap", sur lesquels les supporters d'un candidat dans un Etat qui lui était acquis proposaient de voter pour un autre candidat, souvent le troisième homme vert Ralph Nader. En échange, le supporter de Ralph Nader s'engageait à voter pour un des deux gros candidats dans un Etat qui pouvait basculer. Kate Mac CArthy évoque également un petit jeu sur le thème des services publics, détourné du célèbre Pacman, qui avait eu son succès, ainsi qu'un site spécial pour les jeunes orienté sur le thème "Il faut aller voter". Avantage : "Avec ce type de programmes, on parle de politique autre part que dans les pages politiques". Bien joué.

Money money money

Et tout ça, combien ça coûte ? Après de longues précautions, Ben Green lache le chiffre : entre 1 et 1,2 million de dollars (1,25 million d'euros). Kate Mac Carthy, elle, annonce 100 000 livres (160 000 euros) de budget pour trois mois de campagne, mais sans compter les locaux gratuits et les armées de bénévoles. A titre de comparaison, Lionel Jospin, de loin le plus gros budget de net-campagne français, a misé 400 000 euros en s'inspirant visiblement de Tony Blair (notamment sur la retransmission en direct, sur le site, des événements de la campagne). Chirac se traîne aux alentours de 130 000 euros...

La table ronde des chevaliers de l'e-démocratie démontrait donc surtout que la net-campagne française reste un ton en-dessous des prouesses accomplies par les précurseurs anglo-saxons. Mais les deux univers ne sont pas comparables terme à terme, ne serait-ce que parce que les systèmes politiques sont différents. Ainsi, certains éléments comme les jeux parodiques ne seraient pas forcément bien perçus en France. A bon entendeur, salut. François Freby concluait qu'on avait affaire à "une différence de degrés, pas de nature". Mais avons-nous envie du modèle anglo-américain, beaucoup plus "intrusif" ? Y aurait-il un modèle de net-campagne "à la française" ? Pour répondre à ces questions, il faudra sans doute attendre après le 5 mai. Un suspense de plus.


    Le 3ème Forum Mondial de la Démocratie Electronique
 
    L'Observatoire de la Net Campagne


Il bouge encore

  En réponse aux plaintes de François Bayrou sur sa marionnette des Guignols, un proche tentait de le rassurer, début février: "Même si c'est méchant, cela montre que tu es toujours vivant".


En 2007, l'élection présidentielle revient sur Presidentielles.net : http://www.presidentielles.net

  charte de déontologie - contact - credits - la presse en a parlé : France Info - Libration - Reuters - Yahoo - etc.